Discours de politique générale lors de la session du Conseil régional du 13 décembre

IMG_6871bis

Dans son discours de politique générale, Bernadette MALGORN, la présidente du groupe “Droite et Centre de Bretagne”, est revenue sur la politique régionale menée depuis deux mandatures par la majorité socialiste au regard du diagnostic accablant présenté dans le cadre du rapport sur la préparation des futurs programmes européens.

Retard en matière d’aménagement du territoire

“Notre groupe s’est battu pour faire inscrire au projet de Schéma national des infrastructures de transport la liaison Brest et Quimper à trois heures de Paris. Enterré par le gouvernement socialiste, ce schéma est transformé en programme « Mobilité 21 », confié à une commission de hiérarchisation (…) Mais quel est aujourd’hui l’avenir de notre projet ferroviaire quand on voit le dossier de Notre Dame des Landes s’empêtrer de « moratoire » en « mission de dialogue » ? (…) C’est pourquoi je vous fais une proposition, Monsieur le Président, au nom de notre groupe : révisons nos perspectives budgétaires pluriannuelles pour y intégrer en anticipation le financement des lignes nouvelles Rennes/Brest – Rennes/Quimper, en remettant en cause si nécessaire d’autres politiques portées par notre collectivité.”

Manque d’anticipation dans les domaines agricole et  agroalimentaire

“Il a fallu que la crise éclate avec les problèmes du groupe Doux pour que vous acceptiez ce que nous avions proposé : une augmentation du budget agricole pour moderniser les bâtiments d’élevage”

Décrochage démographique dû à une politique jeunesse inadaptée

“15 000 jeunes notamment diplômés quittent chaque année la Bretagne(…) Une « politique jeune » en forme de catalogue, dont vous avouez vous même maintenant qu’elle crée des effets d’aubaine et qui oublie la priorité des priorités : l’emploi.”


Bernadette MALGORN a également souligné que les orientations budgétaires du Conseil Régional ne prenaient pas en considération ce triple décrochage.

“Vos orientations budgétaires n’opèrent pas les remises en cause nécessaires pour fonder la redynamisation de notre économie dans un cadre plus contraint que jamais.”


Enfin, l’élue a indiqué que la publication de l’avant-projet de loi de Mme Lebranchu rendait caduque le projet de contribution du Conseil Régional à l’acte III de la décentralisation.

“Au lieu de disserter sur des rêves, prenons position sur le texte soumis à l’avis des associations d’élus.”

Un texte qui fait fi :
– de la simplification de notre organisation administrative,
– de la clarification des compétences,
– d’une démocratie de proximité,
– d’une gestion raisonnée des ressources en proposant un matraquage fiscal,
– des conséquences financières d’un transfert de la compétence sur l’eau à la Région.

“Il est vrai que vous nous proposez peu de perspectives mais nous craignons que vous sachiez vous abriter derrière le flou de vos orientations pour esquiver à nouveau le débat majeur : celui de l’avenir de l’économie et de l’emploi en Bretagne.”

Téléchargez l’intégralité du discours en pdf