Inauguration des travaux du lycée Notre-Dame-du-Mur-Le Porsmeur et collège Saint-Augustin

Près de 500 personnes ont assisté le samedi 15 décembre à l’inauguration des travaux effectués au lycée Notre-Dame-du-Mur-Le Porsmeur et au collège Saint-Augustin.

Cette cérémonie, à laquelle participait Bernadette MALGORN, marque l’achèvement d’une vaste opération de restructuration et rénovation immobilière de ces établissements morlaisiens pour un montant de 11M€.

Outre des travaux indispensables de mises aux normes, notamment pour la sécurité, les responsables de ce programme, chefs d’établissements, présidents d’OGEC et direction diocésaine, ont souhaité offrir aux élèves un cadre accueillant de vie scolaire ancré dans un projet pédagogique cohérent.

Dans son intervention, Bernadette MALGORN a salué la vitalité de l’enseignement catholique morlaisien, le travail et l’audace d’un projet qui a mobilisé chefs d’établissement, parents et élèves avec les professionnels et les financeurs dont le Conseil régional au titre du Programme pluriannuel des investissements de l’enseignement privé. « L’enseignement catholique a toujours été précurseur particulièrement en Bretagne”, souligne l’élue finistérienne. “C’est à lui que l’on doit des concepts comme la communauté éducative, le projet pédagogique désormais adoptés par l’Education nationale. Aujourd’hui en regroupant un lycée d’enseignement général et technologique avec un lycée professionnel et un collège, c’est une expérience de coopération et de mutualisation particulièrement bienvenue quand les budgets se resserrent. C’est aussi en décloisonnant les différentes filières d’enseignement que l’on permettra aux jeunes d’être mieux orientés, pour mieux répondre à leurs aspirations, et leur offrir une palette de méthode pédagogique – notamment l’alternance-  adaptée à la diversité des parcours.»

« La Bretagne est reconnue comme une terre d’excellence académique : cela reste vrai pour les résultats au baccalauréat. Mais un chiffre doit nous faire réfléchir. Chaque année 15 000 jeunes, dont beaucoup de diplômés, quittent la Bretagne. En entretenant des liens plus étroits entre le monde de l’entreprise et le monde éducatif, on intègre mieux les besoins des entreprises et on présente aux jeunes Bretons des exemples qui donneront l’envie d’entreprendre. Je sais que l’enseignement catholique s’attache à relever ces défis majeurs pour l’avenir de la Bretagne » conclut Bernadette MALGORN.