Session du 21 mars : intervention de Bernadette MALGORN sur la contribution régionale au débat national sur la décentralisation

Décentralisation : une contribution bretonne pour quoi faire ?

L’avant-projet de loi gouvernemental est déjà transmis au Conseil d’Etat. La contribution bretonne, d’ailleurs souvent en contradiction avec le texte gouvernemental, est désormais caduque.

Quelles sont les urgences pour la Bretagne ? L’emploi, nos bases économiques fragilisées et une mobilisation pour remonter le triple décrochage économique, démographique et géographique de la Bretagne.

Avons-nous les moyens institutionnels pour y répondre ? Oui, en concentrant notre action sur nos compétences obligatoires et faisant des choix. On ne peut tout attendre de l’Etat. L’audace de nos collègues alsaciens, qui ont fusionné leurs deux départements en une seule entité pour être plus efficace, est un exemple à suivre.

Les régionalistes que nous sommes, ont adhéré à l’esprit de la décentralisation telle qu’elle était proposée par le gouvernement Raffarin.

Aujourd’hui, les efforts de tous et de toutes les collectivités publiques doivent être concentrés sur la reconquête de la croissance, de l’activité et de l’emploi. Ce sont nos priorités, visiblement pas celles de l’exécutif socialiste.

icone-pdfTélécharger l’intégralité du discours