Communiqué de presse – “La reconquête en marche ” : rentrée des Conseillers régionaux et généraux de la Droite et du Centre de Bretagne

Les Conseillers régionaux et généraux de la Droite et du Centre de Bretagne tenaient leur séminaire de rentrée, samedi 28 septembre à Rennes.IMG_1297

Au cours de débats riches, empreints d’une vraie connaissance du terrain, plus de 60 élus ont travaillé sur trois thèmes majeurs : 1° la crise économique et sociale en Bretagne, 2° l’emballement des fiscalités nationale et locale, 3° la réforme des collectivités en pointant la nocivité du projet « Lebranchu » comme celle du nouveau mode de scrutin et du futur découpage pour les élections départementales de 2015.

SéminaireDCB-groupe_28.09.13

COMMUNIQUE DE PRESSE

« La Bretagne s’enfonce dans la crise et l’économie bretonne décroche dangereusement », tel est le constat porté par les conseillers régionaux et généraux bretons de la droite et du centre lors d’un séminaire de rentrée qui a rassemblé plus d’une soixantaine d’élus, le samedi 28 septembre à Rennes.

« Le miracle breton n’est plus qu’un souvenir. La crise économique mondiale n’est pas la seule cause de cette situation. Depuis dix ans, les socialistes au pouvoir dans les exécutifs bretons ont considérablement réduit l’ambition, le dynamisme et la réussite de la Bretagne. Tous les piliers de notre économie sont fragilisés : l’agriculture et l’agroalimentaire, la pêche, l’automobile, les télécommunications, le tourisme, la logistique, le bâtiment… avec pour conséquence une hausse inédite du chômage en Bretagne et des jeunes qui sont de plus en plus nombreux à quitter la région », déplorent les élus.

Face à cette situation, les conseillers régionaux et généraux de la droite et du centre ont décidé de se mobiliser pour alerter les Bretons et leur proposer de nouveaux projets à la hauteur des atouts de la Bretagne.

A l’issue de leurs travaux, ils réclament des mesures d’urgence :

La mise en œuvre d’une ambitieuse politique agricole et agro-alimentaire permettant le développement de la production animale pour que la Bretagne reste une terre d’élevage et assure la pérennité des industries agro-alimentaires face à la concurrence étrangère.

– La relance des infrastructures

  • Au niveau régional : la mise de Brest et Quimper à trois heures effectives de Paris, condition incontournable pour éviter une fracture territoriale ouest/est.
  • Au niveau départemental : une véritable politique d’investissements routiers (comme le réalise le Conseil général du Morbihan) pour irriguer la Bretagne par des axes rapides et sûrs.

La maîtrise des dépenses publiques locales. Privilégier les dépenses d’investissement à celles de fonctionnement, réduire le train de vie des collectivités (communication, colloques, réceptions …), mutualiser des dépenses de personnel, par exemple entre les collèges et les lycées …

Gel immédiat des augmentations d’impôts locaux, départementaux et régionaux. Rejet du déplafonnement du taux des droits de mutation, suppression de l’Eco-taxe.

– Au plan institutionnel

  • Une réforme profonde et cohérente de la décentralisation passant, entre autres, par la suppression de la clause de compétence générale, la simplification et la clarification de la répartition des compétences.
  • La consultation effective des élus départementaux sur le découpage des cantons pour qu’ils ne soient pas que le résultat des seuls choix partisans des socialistes. Les projets parus pour les Côtes d’Armor et l’Ille-et-Vilaine illustrent une conception totalement politicienne.

« A quelques mois des élections municipales, les Bretonnes et les Bretons doivent connaître la réalité sur la situation de leur région. Les électeurs pourront ainsi faire leur choix : celui d’un déclin dissimulé avec les socialistes ou celui du développement, de l’ambition, de la solidarité porté par la droite et le centre », concluent les conseillers régionaux et généraux.

Ouest-France – édition du 30 septembre

seminaire-dcb_OF_30.09.13

7 jours – édition du 5 octobre 2013

séminaireDCB-7jours_5.10.13