Les attentes du monde rural par rapport à l’action publique – 3

cahier-fonction-publique-bmUn autre sujet de tension est celui de la ressource en eau. Les grandes villes estiment normal d’aller chercher leur eau là où il y en a, c’est-à-dire souvent à 40 ou 50 kilomètres de distance, en plein milieu rural. Autour de ces captages, des zones de protection restreignent l’usage des sols. Mais lorsqu’il s’agit, pour couvrir les besoins en eau de l’activité agricole locale, de réaliser des retenues collinaires, voire de construire des barrages, les oppositions ne manquent pas de s’élever. La gestion économe et équitable de la ressource en eau donne un bel exemple des solidarités de fait entre milieu urbain et monde rural.

Enfin, soyons conscients que l’espace rural est souvent le réceptacle d’activités à risques ou émettrices de nuisances. Il ne s’agit plus désormais des camps militaires : la mobilisation du Larzac, c’étaient les années 70. Certaines zones rurales déplorent au contraire le départ des unités touchées par les restructurations de défense. Aujourd’hui l’espace rural est recherché pour l’implantation d’activités de type Seveso ou de stockage de déchets qui s’installent plus facilement dans des zones peu denses où la population à protéger est moins nombreuse.

« Entretien avec Bernadette Malgorn, conseillère régionale de Bretagne, ancienne préfète », in Les cahiers de la fonction publique, n° 356, juin 2015, pp 27-31