La ruralité, laboratoire du service public de demain ?

cahier-fonction-publique-bmLC : La ruralité ne serait-elle pas, compte tenu de ces éléments, le laboratoire du service public de demain ?

BM : On en revient à la question de la place du service marchand. Dans une commune, quand la dernière épicerie, le dernier bistro ou le dernier restaurant ferme, la tentation est grande pour la municipalité de reprendre les murs et de chercher un gérant ; et c’est légitime. Mais quelles sont les causes de cette désaffection ? La salle polyvalente n’a-t-elle pas parfois fait concurrence au restaurant local ? le maire rural fait l’objet de demandes multiples de sa population et d’offres commerciales pour y répondre. Les élus doivent faire le partage entre besoins et demandes. La reconnaissance du besoin dépend aussi des ressources. Ces enjeux doivent être pris en compte à différents niveaux, communal et intercommunal, mais au niveau régional, dans la mesure où cela relève de l’aménagement du territoire.

« Entretien avec Bernadette Malgorn, conseillère régionale de Bretagne, ancienne préfète », in Les cahiers de la fonction publique, n° 356, juin 2015, pp 27-31