Le rôle des collectivités locales

cahier-fonction-publique-bmLC : Quel est le rôle des collectivités locales de votre point de vue d’ancienne préfète et aujourd’hui d’élue locale ?

BM : Cela dépend du niveau. La région a une fonction importante, partagée avec l’État, en matière d’aménagement du territoire ; le département est le niveau d’exercice de la solidarité sociale sachant que la solidarité financière est nationale ; et au niveau local les services publics de proximité.

La question qui se pose est celle du domaine d’intervention du service public et celle de son coût. Loin d’être ultra-libérale, je pense qu’il faut apprécier l’extension du service public local au-delà des compétences obligatoires en fonction des défaillances de l’initiative privée. A la création de la dotation globale de fonctionnement (DGF) en 1979, on a considéré qu’il était plus coûteux de vivre dans une grande ville, un peu moins dans une ville moyenne et encore moins dans une commune rurale. C’était vrai à l’époque : en milieu rural, il n’y avait pas de ramassage de poubelles, pas d’assainissement collectif. Depuis, même l’assainissement non collectif donne lieu à l’organisation d’un service public (SPANC), et les déchets des ruraux doivent aussi être traités. Les exigences notamment environnementales ont fait que les collectivités rurales ont été confrontées au même degré de technicité pour la couverture des besoins de la population que les communes urbaines alors que leurs moyens financiers et techniques sont moins importants. La réforme de la DGF est évidemment nécessaire. Reste la question de son contenu.

« Entretien avec Bernadette Malgorn, conseillère régionale de Bretagne, ancienne préfète », in Les cahiers de la fonction publique, n° 356, juin 2015, pp 27-31