Attentat de Nice : solidarité et esprit de défense

Bernadette MALGORN souhaite témoigner sa compassion, sa solidarité et son soutien aux victimes de l’attentat qui vient de frapper la ville de Nice ainsi qu’à leurs familles et leurs proches. Elle s’associe au deuil national décrété par le Président de la République.

Frapper aveuglément une foule qui célèbre la fête nationale est une provocation. Le 14 juillet, nous commémorons l’unité de la Nation et son attachement aux droits naturels et imprescriptibles de l’homme au rang desquels la liberté et la sûreté.

Le défi de toutes les démocraties est d’assurer la sécurité sans apporter de limite excessive à la liberté. Atteindre cet équilibre est le but de toute action publique bien conduite.

Hommage doit être rendu aux services de sécurité et de secours : police, gendarmerie, sapeurs-pompiers, personnels hospitaliers qui, appuyés par les militaires et par l’ensemble des services publics, sont mis à rude épreuve dans ces temps troublés que nous traversons. Certains, ne l’oublions pas, l’ont payé de leur vie.

Il appartient au pouvoir politique national d’opérer les choix mettant tous ces services en mesure d’assumer leurs missions. Le dispositif français de sécurité est puissant. Les personnels font preuve de compétence, de courage et de dévouement. Les responsables politiques doivent se mobiliser pour mieux définir les priorités que l’urgence de l’heure appelle.

Notre sécurité n’est pas seulement l’affaire des spécialistes. Chacun d’entre nous doit être conscient des risques qu’il prend et qu’il fait prendre aux autres. La lutte contre le terrorisme et ses sources se joue aussi dans les esprits. C’est l’ensemble de la population qui doit porter l’esprit de défense, gage suprême de sa sécurité et de sa liberté.