Bernadette Malgorn exprime sa solidarité avec la communauté catholique

La barbarie a encore frappé. Le terrorisme islamique a, une nouvelle fois, comme à Villejuif, ciblé la communauté catholique.

Après Villejuif, où une passante, Aurélie Châtelain, avait été victime d’une tentative similaire, c’est la paroisse de Saint-Etienne du Rouvray, dans la banlieue de Rouen qui est atteinte et touchée en la personne d’un prêtre, Jacques Hamel, tué alors qu’il célébrait la messe.

Cet homme de foi qui consacrait sa vie à ses concitoyens sans distinction d’origines ou de croyances, a été lâchement assassiné. Un de ses paroissiens lutte contre la mort.

Bernadette Malgorn exprime sa profonde émotion et sa solidarité avec la communauté catholique de France, et au-delà avec toutes les victimes du terrorisme islamique, en union avec tous les Français épris de de paix de tolérance.

Les forces de l’ordre ont fait leur devoir, agissant avec rapidité pour mettre hors d’état de nuire ces terroristes. En ces temps troublés, chacun sait ce qu’il doit aux services de la police et de la gendarmerie nationale sans oublier les autres services publics concourant à la sécurité.
Un tel événement rappelle chacun à son devoir.

Il est du devoir de toutes les autorités responsables de lutter contre le radicalisme islamique, ferment du djihadisme. Il appartient au pouvoir politique national d’opérer les choix mettant tous ces services en mesure d’assumer leurs missions. Les responsables politiques doivent se mobiliser pour mieux définir les priorités que l’urgence de l’heure appelle.