Brest événement nautique : Répondez aux questions !

Le Conseil municipal de la rentrée se tenait ce mercredi 5 octobre. Il fut l’occasion pour Bernadette MALGORN  de réitérer ses questions sur la grande affaire qui occupe la scène brestoise depuis plusieurs mois : les polémiques autour de l’organisation des fêtes maritimes.  Depuis le mois de mars et le départ précipité du directeur de l’association Brest événements nautiques, Bernadette MALGORN a régulièrement interpellé le Maire de Brest – et président de l’association- et ce sans recevoir de réponse de sa part.

“Monsieur le Maire,

(…)L’été fut aussi le temps des travaux de plume, avec la préparation du n°1 de Sciage. J’ai eu l’occasion de vous en offrir un exemplaire à la foire Saint Michel. Vous l’avez lu mais les dossiers sérieux n’ont pas retenu votre attention. En revanche la taquinerie que nous pensions innocente sur votre saut de puce en hélicoptère nous a valu une lettre de plus de  deux pages (lettre du 27 septembre 2016). Vous la concluez en nous faisant grief de ne pas avoir dit « un mot sur les fêtes maritimes et les polémiques qui les ont accompagnées ».

Auriez-vous oublié nos interrogations exprimées dès le conseil municipal du 10 mars 2016 ou par nos courriers du 11 mars et du 18 juin 2016 ?

  • Sur les errements de la gestion et votre incapacité à présenter un budget prévisionnel digne de ce nom avant la manifestation ?
  • Sur les conditions dans lesquelles les instances Conseil d’administration et Assemblée générale de BEN ont été réunies ?
  • Sur l’absence de réponses du Maire-Président et président de BEN, devant nos assemblées municipales et communautaires qui votent les subventions, c’est à ire l’argent des contribuables brestois et métropolitains.
  • Sur une gouvernance hasardeuse dont vous portez l’entière responsabilité en votre qualité de président de Brest événements nautiques.

Votre lettre du 12 juillet nous relatait votre version de vos démêlés avec le directeur que vous aviez recruté. Vous ne répondiez pas à nos questions.

Vous vous insurgiez contre l’article de Marianne. Pour lever les doutes, ce n’est pas compliqué : répondez aux questions que nous vous posons depuis plusieurs mois, mettez les contrats et toutes les factures sur la table.

Je vous remercie.”