Pour la première fois depuis 3 ans, un débat s’amorce au conseil municipal de Brest

Au conseil municipal du 29 juin 2017, Bernadette MALGORN  a déclaré  : « Pour la première fois depuis trois ans, un débat s’amorce dans notre conseil ».

Dans un propos liminaire Bernadette MALGORN, présidente des élus du Rassemblement pour Brest,  soulignant que c’était la première réunion du conseil depuis les échéances présidentielles et législatives, a souhaité préciser l’état d’esprit de son groupe par rapport aux instances gouvernementales.

« Plusieurs orientations annoncées par le Président de la République et le Gouvernement sont susceptibles d’avoir un impact sur les choix et la gestion des collectivités locales. Lors de la dernière législature, nous avons eu une approche pragmatique, vous encourageant à vous saisir des propositions gouvernementales qui nous semblaient bienvenues mais n’hésitant à faire part de nos réserves voire de notre opposition vis-à-vis d’opérations qui relevaient plus de la communication que de l’efficacité.

C’est ainsi que nous avions approuvé, dans son objectif sinon dans sa méthode, l’inéluctable nécessité de maîtrise de nos finances publiques, avec son corollaire de réduction des dotations de l’Etat aux collectivités territoriales. » Mais nous en avions tiré les conséquences en rejetant les dépenses dépassant nos moyens. M. Cuillandre et sa majorité n’ont pas eu cette lucidité. Ils ont été contraints de se lancer dans un catalogue d’économies au détriment de services à la population.

« De même, notre groupe avait approuvé les orientations et les préconisations des gouvernements Valls et Cazeneuve en matière de sécurité et de lutte contre la montée du radicalisme islamique pour regretter d’autant plus que vous fassiez l’impasse sur ces questions importantes. »

« Nous aurons la même approche responsable vis-à-vis des projets émanant du nouveau gouvernement conduit par Edouard Philippe.

J’évoquerai ici deux exemples concrets : premièrement les dispositions annoncées par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education, deuxièmement la réforme de la taxe d’habitation. »

Nous y reviendrons dans nos prochains articles.