Bernadette MALGORN aux cérémonies de la Libération de Brest

Bernadette Malgorn et les élues du Rassemblement pour Brest , Claudine Péron et Véronique Bourbigot

Le 73e anniversaire de la Libération de Brest a été célébré lundi 18 septembre 2017.   Bernadette MALGORN, présidente du Rassemblement pour Brest,  accompagnées de ses collègues Bruno SIFANTUS, Véronique BOURBIGOT et  Claudine PERON,  ainsi que de esympathisants ont participé  aux hommages rendus aux libérateurs de la ville martyre.

Devant la stèle des fusillés au Bouguen, au Fort Montbarey, devant le monument commémoratif de la Deuxième Division d’Infanterie américaine, place Wilson, où fut joué l’hymne américain. Devant les stèles encore du jardin des 19 Fusillés à Saint-Marc, du centre-ville rue Coat-ar-Gueven et au square Rhin et Danube des onze martyrs, et enfin en présence des autorités civiles et militaires, au monument aux morts à l’Esplanade du Général-Leclerc.

Autant d’étapes mémorielles qui ont permis aux porte-paroles de rappeler l’héroïsme de tant de Brestois morts dans les combats de la libération de Brest. Une minute de silence a aussi été respectée en mémoire du colonel Fred MOORE, gaulliste de la première heure, Compagnon de la Libération, né à Brest en 1920 et décédé samedi dernier. Bernadette MALGORN,  souhaite que  la ville de Brest honore sa mémoire en donnant son nom  à une  rue de  la cité.

 

En raison de l’importance de sa base navale, Brest constituait une place forte stratégique de premier ordre pour les Allemands pendant la seconde guerre mondiale. La ville avait donc été pourvue de 40 000 soldats d’élite sous le commandement du général Ramcke.

Ce fut donc un objectif prioritaire pour nos alliés américains après le débarquement du 6 juin 1944 et l’assaut fut lancé dès la mi-août avec trois Divisions en ligne. La 2e Division entrant dans la ville  par Saint Marc, la 8e Division par Lambézellec et la 29e Division par Saint-Pierre- Recouvrance.

Après un mois de bombardements incessants, de combats quartier par quartier, rue par rue, maison par maison, les Américains, aidés partout de quelques Résistants, libéraient notre ville le 19 septembre. C’est à Roscanvel où il s’était réfugié, qu’eut lieu la reddition du général Ramcke, auprès du brigadier Canham, du 8e régiment d’infanterie américain.

L’officier allemand faisant au jeune soldat l’affront de lui demander ses accréditations, Canham lui répondit fièrement en désignant ses hommes : « These are my credentials » (« voilà mes titres de compétences »), cette phrase devenant la devise du 8e régiment d’infanterie américain et illustrant  magnifiquement la bravoure de tous les héros qui avaient libéré notre ville.

Et Brest ravagée, dévastée, rasée, Brest « dont il ne reste rien » comme l’écrivit  Jacques Prévert, se redressera des outrages de sa destruction pour redevenir en quelques années une ville « debout » !

 

Bernadette Malgorn et les élues du Rassemblement pour Brest au Fort Montbarey, en compagnie des responsables

 

au monument aux morts esplanade Général-Leclerc

Ouest-France 18 septembre 2017