SAUVE QUI PEUT…

Tribune des élus du Rassemblement pour Brest  –  Juin 2018

 

 

 

 

SAUVE QUI PEUT…

A moins d’un an des municipales, la toute-puissance de l’appareil socialiste sur la vie municipale brestois, se lézarde.

Engluée dans l’affaire des indemnités des élus PS, désavouée par les Prud’hommes pour licenciement abusif du directeur des fêtes nautiques[1], pour l’équipe Cuillandre, c’est sauve qui peut…

Des concertations trompeuses!

Pendant ce temps, les prétendants PS à la succession, se livrent à une course-poursuite de notoriété. On ne compte plus les rencontres avec les citoyens, organisées au nom de la collectivité, comme autant de prétextes à mettre en valeur ces postulants, déclarés ou pas. Et à laisser croire à la population qu’elle est entendue.

Les concertations restent de façade, comme sur les rythmes scolaires. Tellement persuadés d’avoir raison, les élus PS avaient annoncé des décisions avant la fin des votes dans l’école. Tout cela pour finir dans une pirouette !

Des caméras à Brest ?

«Les caméras ne courent pas après les voyous» : ce refrain de M. Cuillandre connaît désormais quelques bémols. Mais s’il avoue devoir «réorienter ses interventions», il ne va pas au bout de la logique. Il préfère toujours protéger les bâtiments municipaux plutôt que les Brestois dans les rues et places de la ville. Et s’il reconnaît la présence de délinquants étrangers à Brest, il en est encore à chercher à comprendre !

Il est plus que temps de déployer un projet complet et cohérent de sécurité pour notre ville. C’est notre priorité, au service de tous les Brestois.

 

Bernadette Malgorn, Rémi Hervé, Bruno Sifantus,

Brigitte Hû, Véronique Bourbigot,  Claudine Péron

 

[1] C’est le contribuable brestois qui paiera le préjudice.