Les Halles St Louis

 Halles Saint Louis Brest Bernadette MalgornConseil municipal  25  septembre 2014

Intervention de Bernadette MALGORN

Présidente des élus du Rassemblement Pour Brest

 

Monsieur le Maire,

Après le « plan A »,  la Compagnie de Phalsbourg et votre équipe viennent d’annoncer un « plan B » pour les halles St Louis. Un projet plus restrictif, tant cette société –  à qui vous avez donné les « quasis pleins pouvoirs » – a été incapable de mener à terme le projet initial.

10 ans pour rien   !

10 ans d’incertitudes et de faux espoirs pour les commerçants de St Louis….

10 ans de tergiversations et des fausses promesses aux Brestois.

10 ans durant lesquels votre majorité   a fait preuve soit de légèretés ou  de naïvetés ou pire d’amateurisme ou d’incompétences

10 ans durant lesquels  M. le Maire-Président vous avait laissé les Halles St Louis péricliter et les commerçants se désespérer.

A grand renfort de d’annonces  vous découvriez  en 2004,  l’impérieuse nécessité d’une rénovation des Halles St Louis. Sur ce point vous aviez raison.

C’est sans doute le seul moment de lucidité de votre équipe sur ce sujet.

En 2006  vous choisissiez alors  un projet architectural proposé par la Compagnie de  Phalsbourg. Un projet pharaonique  déjà, à l’époque,  en décalage avec les besoins de la population  et les attentes des commerçants du site, un projet comprenant outre des Halles, une enseigne réputée comme « locomotive » pour attirer d’autres enseignes et implantations connexes. De nouvelles halles sont donc annoncées pour 2008 !

Nous en connaissons le résultat pitoyable : toutes les locomotives annoncées (Planet Saturn, Monoprix, Auchan…) se désistent  les unes après les autres.

A deux reprises le 22 octobre 2009 et 18 décembre 2012 vous tentiez de modifier le PLU pour surélever le bâtiment jusqu‘au 21 mètres afin d’y ajouter des logements au mépris des règles d’urbanisme. Par deux fois  vous  déviez reculer.

 

En 2013 c’est la fuite en avant,  mais nous allions voir ce que nous allions voir…  Un nouveau projet était  annoncé le rez-de-chaussée devait être composé de 700 m² environ de commerces alimentaires de détail, 19 boutiques d’équipement de la personne et de la maison. Le premier étage accueillerait une grande surface alimentaire sur 3720 m² ; plus haut 6 appartements en duplex construits en surélévation…

Vous bradiez alors  à Phalsbourg, les Halles St Louis pour 590 000 euros,  soit 125 euros le m²  pour une évaluation des Domaines à 1,9 millions d’euros !

Mauvaise affaire pour la collectivité,  plus mauvaise encore pour les Brestois et un véritable piège pour les commerçants !

Ceux-ci, en effet, liés par convention avec Phalsbourg, ne pourraient toucher leurs indemnités prévues qu’une fois « le permis obtenu et les recours purgés ».  Silence dans les rangs !

Nous avons là tout l’enchaînement d’une faillite  de responsabilités  publiques.

Nous avions dit durant la campagne municipale qu’il fallait reprendre la main sur ce dossier  et décider d’un véritable aménagement de l’îlot St Louis   répondant à l’attente de nos concitoyens : reconstruire des halles de type classique avec des espaces destinés à abriter les petits producteurs et à assurer un meilleur accueil du marché du dimanche.

Les commerçants ont encore la semaine dernière fait part de leur désespoir évoquant dans la presse locale  le sentiment de «  laisser moisir ce dossier afin,  je cite,  de nous faire tomber les uns après les autres, pour récupérer le fruit une fois que nous ne serons plus là b avec la bénédiction de l’autorité municipale ». Tout est là,   tout est dit !

Nous sommes nous convaincus qu’a aucun moment Phalsbourg n’a eu véritablement l’envie de faire revivre des Halles  mais bien de faire une opération   immobilière avec logements et commerces.

Un rendez-vous peu encourageant  a eu lieu hier entre les commerçants et  le nouvel élu responsable du dossier.

Une nouvelle réunion décisive est prévue le 3 Octobre prochain pour la présentation du nouveau projet Phalsbourg  à la Ville. Celui-ci,  est déjà annoncé à dominante immobilière. Nous le disons  clairement  il s’agirait là  d’un  détournement important de fonction. Un « hold-up »  de ce qui fut le domaine public  vers des objectifs de « spéculation immobilière ». Cela est inacceptable  et moralement détestable !

Comment et jusqu’à quand  la Collectivité peut-elle accepter plus longtemps  cette situation ?  Nous attendons et au-delà, les commerçants  et  Tous les Brestois  attendent  vos réponses    sur ce dossier  qui jusqu’à présent n’est qu’une succession de ratés.

Halle Saint louis Brest